Techniques de base

Dentelle de Lier se fait avec un petit crochet sur du tulle méchanique selon une tradition ancienne. Avec la main droite au-dessus de métier et la main gauche en-dessous, on fait des points de chaînette sur le tulle. On pousse, avec l’index, le début du fil contre le tulle et le crochet (qui pointe vers la gauche) prend le fil et le tire à travers le tulle. On tient le long fil entre le pouce gauche et le majeur. On tourne maintenant le crochet vers la droite (= la direction pour travailler) pour obtenir une boucle. (Fait attention que le fil long se met au-dessus du petit bout du fil, ceci pour fair un petit noeud.)
On pique dans le trou suivant et on tourne le fil autour du crochet dans le sense inverse des aiguilles d’une montre. Le crochet même se tourne maintenant dans le sense inverse des aiguilles d’une montre pour retirer la boucle à travers le tulle. On obtient le noeud du début. De la même manière toutes les points suivantes sont faites: on pique le crochet (tourné dans le sens du travail) dans un trou, on prend le fil, on tourne le crochet, et on tire la boucle. Pour terminer la chaîne on fait la dernière boucle un peu plus grand et on tourne et le crochet et la boucle cette fois-ci dans le sense des aiguilles d’une montre.Prend l’avant-dernière boucle sur le crochet, de l’extérieur vers l’intérieur, et tire la à travers la dernière. La tension du fil en-dessous de votre métier est maintenant promordiale.

La manière pour dessiner le dessin sur le tulle est d’une grande importance: dans le tulle on trouve un sense horizontal et deux senses diagonales et cela nous ennuie quand on veut faire des belles petites courbes. Pour bien tendre le tulle nous avons besoin d’un métier, composé de 2 chevilles avec des mortaises et de 2 lattes, qu’on glisse dans ces mortaises. Sur les 2 chevilles on cloue 2 coutisses en coton écru.

Pour commencer
Finir
Biographie de Greet Rome - Verbeylen

Sa grande passion pour la dentelle de Lier était la cause pour apprendre à faire cette dentelle à l’Académie de Beaux Arts à Lier (Belgique).
Elle suivait aussi des cours de dentelle aux fuseaux à l’Académie d’Aarschot (Belgique).

Afin d’élargir ses connaissances spécialisées elle s’intéresse aussi à d’autre techniques similaires, Elle à étudié la relation entre la dentelle de Lier et la dentelle de Lunéville, le point de Lunéville, Coggeshall Lace, Limerick et Carickmacross, dentelle de Hamilton ( l’Ecosse et le Canada ) et la dentelle d’Eybenstock en Allemagne.

Son expertise professionnelle de tous ces techniques lui ouvre des possibilités intéressantes pour ses actuelles et futures créations.
Ses motifs et fleurs découpées, aussi en couleurs, apportent un raffinement d’ une légèreté folâtre.


International Lace Contest à Bailleul
(2001, France)

Premier prix au seminaire de IOLI
"All kin of flowers"

l’Apparence de couleur dans ses créations peut être comparée avec la manière de travailler de peintre: commencant par un dessin de base, suivi de la recherche des fils adaptés, la bonne couleur ou la nuance, l’équilibre entre clair et obscur, entre fonds ouverts ou fonds denses. A la fin elle ajoute des fils insolites, des petites cordes ou d’autres materiaux.
Greet Rome-Verbeylen est la fondatrice de l’Atelier Kant-e-Lier”, une plate-forme pour la dentelle de Lier traditionnelle et contemporaine. Elle est auteur d’un livre exquis sur la dentelle de Lier ("Lierse Kant oud en nieuw" - 4 langues) qui unit la dentelle traditionnelle avec des thèmes modernes. Elle est aussi auteur du livre "Lier Lace in colour". Elle participe à de nombreuses expositions et a gagné le premier prix dans le Concours International à Bailleul en 2001 et à l’Assemblée IOLI en 2008.

Pendant plus que 25 ans maintenant elle est un professeur apprecieé de dentelle de Lier (Belgique, France, Allemagne, Malte, les Pays-Bas, les Etats-Unis et le Canada. Elle parcourt le monde pour promovoir et laisser revivre cette ancienne technique.

1
l' Histoire de la dentelle de Lier

On retrouve probablement la naissance de la dentelle de Lier en 1809, quand Heathcoat a découvert une méthode pour produire un tulle mécanique. Mais déjà, à cette époque, à Eibenstock en Allemagne, ou à Lyon en France, on utilisait le crochet pour réaliser des tabliers tambourés ou d’autres linges très fins.

Eibenstock
L’histoire de la dentelle à Eibenstock a commencé avec Clara Angermann, une jeune orpheline polonaise, née à Bialystock, envoyée dans un couvent à Thorn.
Pendant cette période, elle apprit l’art de la broderie et le travail au crochet sur des tissus très fins.
En 1775, à l’âge de 21 ans, elle part pour Eibenstock dans le “Erzgebirge” pour vivre chez son oncle.
Dans une période de famine dans cette région, les talents de Clara Angermann ont permis aux femmes pauvres de gagner un peu d’argent.
De 1775 à 1780, Clara introduisit ces arts qui apportaient prospérité et richesse dans cette région. L’invention de Heathcoat, en 1809 (UK), a donné aux dames de Eibenstock la possibilité de travailler sur le tulle avec le petit crochet.
Elles ont continué à produire, à la main, différents styles comme Renaissance, Rococo, Baroque, Empire et Biedermeier jusqu’en 1890, moment où la machine Cornelly, une sorte de machine à coudre qui produisait des points de chaînette, ou d’autres machines modernes apparaissaient.
Coggeshall

L’origine de la dentelle de “Coggeshall”en UK se retrouve en 1812, dans l’émigration de M. Drago, qui déménagea avec ses deux filles de France en Angleterre et qui ouvrit là une école de dentelle.

Lunéville

Comme à Beauvais en France, où les dentellières travaillaient au début du 19ème siècle, avec un petit crochet sur du lin, les brodeuses de Lunéville aussi ont commencé à travailler avec un crochet sur du tulle (1850).
A partir de 1867, la haute couture en France demanda des perles et des paillettes et, à Lunéville, la broderie perlée ou la “broderie haute couture” délaissa la dentelle pour continuer sa tradition en perlage.

Lier Lace

Quand, en 1825, M Timmermans de Malines en Belgique, épousa Melle De Keersmaeker, propriétaire d’une école de dentelle à Lier, l’inspiration pour les motifs pour la nouvelle dentelle de Lier vint de la dentelle aux fuseaux de Malines et de Bruxelles.
La caractéristique de la dentelle de Lier était que, pour faire les contours et les remplissages, on utilisait un petit crochet au lieu d’une aiguille. On cherchait le contraste entre les fonds ouverts et les fonds denses, l’effet clair ou mat.
Ils étaient la fondation d’une réanimation de l’industrie de dentelle et Lier regagnait sa renommée d’antan comme centre de dentelle. La nouvelle technique introduisit une révolution industrielle dans le monde dentellier étant donné que la dentelle de Lier se réalisait plus vite, était très élégante, et se vendait surtout moins cher! Lier produisit des robes et des voiles de mariée, des rideaux, des aubes, des surplis, des corporals et des nappes pour les églises, des bonnets pour les dames hollandaises, …

L’apparition de la machine Cornely en 1860 donnait la possibilité d’automatiser le travail en faisant les contours du dessin sur le tulle. Ceux-ci étaient complétés, par la suite, par des remplissages faits à la main au crochet.
A partir de 1880, comme la demande pour les perles et les pailletttes grandissait sur le marché, les dentellières de Lier sont devenues brodeuses de perles. Comme la manière de travailler est la même - le dessin est travaillé en chaînes avec le crochet, sur l’envers du métier, et les perles et paillettes sont enfilées sur le fil en dessous.
Lier était renommée pour ses sacs à main, ses robes de soirée et ses accessoires.
On produisait ces dentelles pour Harrods’ à Londres, pour Bloomingdale’s à New York, et pour beaucoup d’autres magasins en Amérique du Nord et du Sud, en Scandinavie et en Australie. Cette mode se terminait en 1965.

La Dentelle de Lier a continué à évolué et, à partir de 1980, est devenue un vrai art textile. Pourtant, jusqu’en 1998, quelques firmes seulement continuaient à produire la dentelle, la broderie perlée ou la dentelle mécanique.

De nos jours, on ne retrouve que des traces de cet art ancien dans le travail de quelques groupes de dames, quelques-unes dans le Beguinage de Lier, ou dans le petit musée de Felix Van Loock, où on garde la dentelle de Lier vivante.

 

Hamilton

Il paraît que la dentelle de Hamilton a été nommé d’après la Duchesse de Hamilton en Ecosse, quand elle a fondé une école de charité à la fin du 18ème siècle. A la fin du 19ème siècle, Margaret Weir, une dentellière et immigrante au Canada, a emporté son savoir-faire et a continué à travailler dans sa maison où on trouve maintenant le “St. Marys Museum”.

3
Quelques examples de fonds
N° 54 - 65 - 66 (extrait from "Lier lace in colour")

'Lier Lace in colour' contient plusieurs examples de fonds.

Le futur livre in 'Tips and tricks' en contiendra plus.

Il sera possible de commander des fonds par email cette page.
Nouvelles
Greet Rome - Verbeylen vous fournit des dates et information sur ses séminaires, cours et livres.
Veuillez remplir ce formulaire- ci pour recevoir l'information digitale.

Votre nom (nom & prénom) :
Votre E-mail adres :
Je suis intéressé::
Séminaires =
Cours =
Livres =
Fonds =
Remarque =

Rue & numéro :
Code postal & commune :
Pays :

Prière de m'envoyer votre nouvelles électroniques. Nous utulisons vos cordonnées personnelles pour vous envoyer notre bulletin d'information.

 

Livres de Greet Rome-Verbeylen sur la dentelle de Lier
Lierse kant oud en nieuw
Lier lace in colour

Lier lace tips & tricks

Livre de base sur la dentelle de Lier
son origine, techniques et fonds.

N&B, 96 pages. (4 langues)

During the Middle Ages Lier was a centre of gold embroidery. On the introduction of the mechanized tulle, craftsmen continued to embroider with a needle, ending with the use of a fine crochet hook to conjure up chain stitched patterns on the tulle.
Lier lace are the pieces of art, examples of a marvellous craftmanship, that are exclusively tamboured with a hook, the craftmanship of which is internationally respected and appear on tables, in decoration and on exclusive clothing.

Dans son deuxième livre Greet Rome-Verbeylen (°1946 Tienen, Belgique),
un promoteur de premier plan de cet art,
donne des explications sur la technique de la dentelle de Lier, fournit des différentes remplissages et finalement donne des exemples des pièces contemporaines colorées.

Couleurs, 56 pages. (Version en Anglais)

Le premier livre uniquement dedié au technique de la dentelle de Lier.
Par des examples réelles
ce livre vous guidera
à travers les techniques de la dentelle de Lier.

Couleurs, 56 pages. (English version)

LIVRE en préparation.

Prix 23€/pc
Livraison (par voie postale) non-inclue.

Prix 25€/pc
Livraison (par voie postale) non-inclue.

 
Fonds par MEL
En construction
Content 8
© Greet Rome - Verbeylen 2009